Journée lunaire d'Emmanuel Olivier
ISBN : 978-2-35346-020-5
janvier 2008 - 84 pages (broché, cousu) - 13 €
format 20 X 26 cm
illustrations : noir et blanc


- one-shot noir & blanc -


La presse en a parlé :

:: Écoutez la chronique de Journée lunaire sur OuiFm :: (mars 2008)

:: Ecoutez la chronique de Journée lunaire sur France Inter :: (mars 2008)

« Journée lunaire, c’est d’abord une ambiance. Un noir et blanc dans lequel l’ombre et la lumière semblent se battre pour prendre le dessus, allié à un récit chaotique, en parfaite adéquation avec les graphismes. Emmanuel Olivier raconte la solitude, le mal-être, la folie, avec une simplicité presque quotidienne et un trait expressionniste qui happent le lecteur. (...) Du noir, qui domine du blanc, du blanc, qui tente de contrer le noir. Un silence pesant. Et une intrigue sinueuse, aléatoire, qui mêle rêve, pensées, fantasmes et réalité au point que, par instant, l’histoire prend des airs fantastiques. (...) L’intelligence du découpage et la force de l’atmosphère qui se dégage de ces pages convainc. Premier album édité par les éditions L’Altiplano, premier travail d’un jeune auteur, Journée lunaire relève le défi en se faisant remarquer, nous dévoilant un auteur à suivre et un éditeur visiblement original. »
Mikaël Demets, Evene (janvier 2008)

« Pour la première fois auteur de BD – et auteur complet – Emmanuel Olivier livre une introspection anxieuse, qui adopte tout au long de ce one-shot un rythme lénifiant et néanmoins oppressant. »

PlaneteBD (janvier 2008)


« Une introspection redoutable. »
Philippe Audoin, OuiFM (mars 2008)


« Une athmosphère stressante et oppressante. »
Anne et Julien, France Inter (mars 2008)


L'album :
Dans ses cauchemars, il prend feu ou voit des pots de fleurs tomber du ciel, écrasant de jeunes femmes. Et des cauchemars, Thomas en fait de plus en plus souvent. Il arrive de plus en plus souvent en retard au travail, aussi. Ce qui lui vaut quelques ennuis. Jusqu’au jour où il explose.
Le raisonnable coup de folie du personnage, exténué par un quotidien terne et stressant d’employé de bureau, s’avérera libérateur.
Depuis qu’il a changé de vie, les rêves de Thomas sont plus sereins.
Mais les réalise-t-il vraiment ?
Cette BD peut être lue comme une forme de prise de conscience personnelle de vivre dans un monde difficile à comprendre.
La vision sociale est servie par une certaine dimension onirique. Car, chez Thomas, la réalité et l’activité de l’inconscient sont étroitement liées : la BD fait donc la part belle aux songes surprenants et aux hallucinations de son protagoniste.
Avec un graphisme stylisé noir et blanc et un découpage dynamique, cette BD d’ambiance nous livre de véritables plans-séquences cinématographiques et nous plonge avec aisance dans son univers si particulier.

L'auteur :
Emmanuel Olivier est né en 1983. Après quelques tâtonnements, il s’est lancé pleinement dans la bande dessinée lors de ses études aux Beaux-Arts d’Épinal. Actuellement en quête d’un emploi, mais guère convaincu par la démarche, aussi commune soit-elle, il se demande, lui aussi, s’il a encore le droit de croire en ses rêves.